Doel moet blijven!

  
Situé non loin d’une centrale nucléaire, Doel possède à son actif, une maison patricienne de 1615, un moulin à vent datant de 1434 transformé en musée, une église érigée entre 1851 et 1856.
     
 
     
A l'intérieur du village, les maisons sont vidées de ses habitants, ainsi que le café qui accueillait les touristes venant se promener sur la digue.
     
Les volets se ferment, les maisons sont abandonnées, la ligne de bus menacée.
Partout, on peut voir des affichettes portant le slogan « Doel moet blijven .
     
Malgré les comités de défense, les buldozers sont alignés à l’entrée du village, prêts à raser Doel
     
La plaine de jeux des enfants de Doel est laissée à l'abandon. Seuls quelques touristes viennent s'y promener.
     
Les travaux de l'élargissement du port d'Anvers se rapprochent maintenant au niveau des jardins des habitants de Doel
     
Un habitant face à son sinistre avenir. Il devra lui aussi abandonner sa maison 
     
Doel, un village vivable! 
     
Un habitant contemple son village qui sera prochainement détruit
     
La lente destruction de ce charmant village autrefois rendez-vous romantique préféré des Anversois, est due au projet d’agrandissement du port d’Anvers.
     
Quelques curieux ou touristes se promènent encore dans les rues désertes de Doel.
     
     
Les travaux venant du port franchissent les limites du village
     
Les travaux sont présents dans le village. La lente destruction de ce charmant village semble bien réelle pour les derniers villageois
     
Doel, un paisible village au bord de l’Escaut, en aval d’Anvers, résiste encore et toujours à l’envahisseur.
     
     
Un des buldozers chargés de détruire le village
     
La question reste posée : « Doel va-t-il disparaître ?